Le boycott : une arme citoyenne redoutable et redoutée !

Les récentes prises de position de Manuel Valls contre les manifestations en faveur d’un boycott des produits israéliens en témoignent une fois encore : le boycott fait peur.

La première raison est qu’il touche les entités visées au portefeuille. Elles peuvent selon le cas cibler un pays, une multinationale, une organisation.

La seconde raison est qu’il s’agit d’une réaction pacifique contre laquelle les autorités ne peuvent pas opposer l’habituel déploiement de force qu’elles utilisent contre une manifestation qui dégénère ou contre l’occupation d’une usine ou d’une Zone à défendre.

Un arrêt n° 01129 de la cour d’appel de COLMAR, chambre correctionnelle, en date du 27 novembre 2013, avait prononcé plusieurs condamnations, à l’encontre de personnes ayant appelé au boycott de produits israéliens, chacun à 1 000 euros d’amende avec sursis, pour provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence envers un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une race, une religion ou une nation déterminée.

L’appel devant la Cour de cassation a été rejeté, lors d’une audience publique du mardi 20 octobre 2015 (N° de pourvoi 180020), confirmant ainsi l’interdiction de tout appel au boycott.

Doit-on pour autant s’interdire d’utiliser cette arme citoyenne et pacifique ? Contre tous ceux qui portent atteinte à la dignité, voire à la vie humaine ? Contre tous ceux qui font passer leur cupidité au-dessus de toute considération des autres ?

Certainement pas !

Notre système démocratique nous offre trois grandes possibilités d’influer sur les décisions de nos dirigeants : le vote, la libre expression dans la presse et les réseaux sociaux, nos choix de consommation.

Nous savons à présent le peu de liberté d’action que laisse l’Union européenne aux dirigeants de nos pays. Les résultats économiques et sociaux de notre pays parlent d’eux-mêmes. Nous savons aussi comment les médias, le plus souvent propriété de grands groupes financiers, façonnent l’opinion publique. Nous savons la perversion des réseaux sociaux qui véhiculent toutes sortes d’informations contradictoires et invérifiables (pour le moins invérifiées).

Dans ces conditions, la troisième forme d’action citoyenne parait comme un moyen plus efficace d’imposer nos choix de vie. Notre philosophe de vie. Notre refus de l’injustice.

D’ailleurs, les dirigeants qui voudraient nous interdire l’utilisation de cette arme, en ont eux-mêmes très bien compris la puissance d’impact. Et ils ne se sont jamais privés d’en faire usage, souvent de manière abusive. Dans ce cas, on ne parle pas de boycott, mais d’embargo. Pourtant, les exemples sont nombreux qui témoignent de leur violence à l’égard des populations civiles. Et on voudrait nous refuser l’usage de ce droit en tant que citoyens ?

Aujourd’hui, un outil est à notre disposition pour rendre le boycott responsable plus efficient : le site i-boycott.org

i-boycott.org

Si vous aimez mes articles, je vous invite à me soutenir en achetant un de mes livres !

https://lanuitdunouveaumonde.wordpress.com/acheter/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s